Le New York Times ne pouvait pas couvrir Vanity Fair, mais Dowd était là

Le New York Times ne pouvait pas couvrir Vanity Fair, mais Dowd était là

Les tensions entre Vanity Fair et le New York Times n’ont pas fondu ce week-end - mais la bataille devrait éclater lors des Oscars de l’année prochaine, nous dit-on.

Vendredi, Vanity Fair a révoqué l'invitation du Times à sa fête étoilée des Oscars après que la Grey Lady a publié un article critique sur la bash.



voir également

Vanity Fair désinvoque le New York Times de la soirée des Oscars

«Cela reflète si mal Radhika qu'elle permettrait…

Les initiés pensaient que la rédactrice en chef de Vanity Fair, Radhika Jones, pourrait intervenir et rétablir l'invitation. Elle n'a pas.

On nous dit qu'il n'y avait personne du Times pour couvrir la fête, bien que des espions aient déclaré que la chroniqueuse Maureen Dowd avait été repérée comme invitée.



Son reporter Ben Widdicombe, qui avait prévu de couvrir le parti ainsi que le bal des gouverneurs, a fini par ne couvrir que ce dernier.

Mais une source a dit que cela ne signifie pas qu'ils ne seront pas les bienvenus à l'avenir.

Des initiés ont dit à Page Six qu'il y avait toujours l'année prochaine et que la désinvitation de cette année n'était en aucun cas une interdiction. Les représentants n'ont pas commenté.

Le Times avait enfreint le titre de Condé Nast avec une histoire cinglante - intitulée `` C'était la soirée des Oscars la plus chaude. Qu'est-il arrivé'? - cela dit que la soirée Vanity Fair avait perdu son mojo en obtenant, en partie, trop de sponsors pour l'événement, et via la concurrence d'autres after-parties comme Jay-Z.

Des Articles Intéressants